Syndicat CFTC - Union Régionale d'Alsace

Actualités   

21
Déc.

Echec de Copenhague

Le 21/12/2009 à 15h10

Repartons sur le Grenelle de l\'environnement

Les chefs d\'Etat réunis à Copenhague dans le cadre de la conférence internationale sur le climat ont manqué une occasion historique de montrer l\'importance qu’ils accordent à la lutte contre le réchauffement climatique.


Pour la CFTC, l\'accord final n\'est pas à la hauteur des enjeux et s\'il est « significatif », pour reprendre l\'expression du président Obama, il signifie surtout que les intérêts de court terme et l\'égoïsme de quelques grands groupes et du monde de la finance l\'ont, une nouvelle fois, emporté sur le souci du bien commun à l\'ensemble de l\'humanité que constitue l\'environnement.


La CFTC regrette, par ailleurs, que les Etats européens n’aient pas réussi à parler d’une même voix.


Seul le devenir économique de la planète semble intéresser les États. En septembre dernier, à Pittsburgh, ils ont, en effet, montré qu\'ils étaient capables de s\'entendre pour lutter contre la crise économique et financière. La conférence de Copenhague révèle leur incapacité à agir pour lutter contre les catastrophes écologiques qui semblent s\'annoncer. Or, la CFTC rappelle que le développement durable repose sur trois piliers : l\'économie, l\'écologie et le social. Si l\'on privilégie l\'un par rapport aux autres, c\'est l\'ensemble du système qui s\'en trouve déséquilibrer.


La CFTC fustige le lobbying exercé par les grandes entreprises multinationales qui refusent d\'assumer leur responsabilité environnementale, après avoir usé et abusé de l\'argument de la mondialisation pour renoncer à leur responsabilité sociale. Dans le cadre du suivi du Grenelle de l\'environnement, la CFTC fera tout pour imposer une traçabilité environnementale et sociale des biens et services produits en France ou importés. La CFTC considère, en effet, que de mauvaises conditions de production environnementales sont liées à de mauvaises conditions de production sociales.


En revanche, « les rues de Copenhague » ont trop souvent exprimé les violences d\'un intégrisme écologique jouant la carte du catastrophisme. L\'économique et le social déjà fortement ébranlés, doivent entrer en synergie avec l\'environnemental et non pas être en contradiction. Les experts du climat sont en débat et il ne faut pas confondre vitesse et précipitation dans un monde fragile : le Grenelle, tout le Grenelle, mais rien que le Grenelle.


Chômage, décroissance, gel des salaires, déflation, endettement. Le monde du travail continue à payer un lourd tribut à la crise et certains pays européens sont confrontés à un risque imminent d\'explosion sociale, notamment la Grèce. Et les seules solutions avancées par l\'UE et les pays membres semblent être la mise en place d\'une politique d’austérité. Dans les prochains jours, la CFTC écrira à la Confédération européenne des syndicats (CES) pour lui demander d\'intervenir auprès des instances de l\'UE afin de réclamer la tenue rapide d\'un sommet social européen qui permettrait d\'envisager les conditions d\'une sortie de crise sans explosion. Ce serait un signal fort envoyé au social, le troisième pilier du développement durable actuel parent pauvre de notre système.


Jacques Voisin, Président confédéral

18
Déc.

Etats généraux de l’Industrie

Le 18/12/2009 à 15h42

Pas d’industrie sans sécurité d’approvisionnement

La CFTC a soulevé ce matin aux États généraux de l’Industrie le problème de la sécurité de nos approvisionnements.


Pour la CFTC, il est indispensable de mettre en place une politique française et européenne visant à sécuriser enfin notre approvisionnement énergétique. Il est également essentiel de rénover, maintenir et développer nos systèmes de distribution énergétiques. Et ce, tant au niveau national qu’européen.


La CFTC appelle également les pouvoirs publics à agir afin de sécuriser nos sources d’approvisionnement en matières premières. La CFTC s’inquiète de voir la Chine déployer des moyens considérables en Afrique, comme en Amérique du Sud et Centrale, afin de contrôler les sources d’approvisionnements de matières premières.


Dans le même temps, nous n’avons au niveau national, comme européen, aucune politique globale, active et cohérente visant à sécuriser nos sources d’approvisionnement.


Un outil industriel performant, non approvisionné, c’est investir dans un A380 sans réacteur. Alors qu’attendons-nous ?


La CFTC espère avoir été entendue sur ce point lors de ces Etats généraux de l’Industrie et souhaite qu’à leur issue, la France donne enfin l’impulsion nécessaire dans ce domaine au niveau européen.


Jacques Voisin, Président Confédéral

16
Déc.
 

La Poste

Le 16/12/2009 à 16h57

Service public allégé en vue

Le 15 décembre, c’est au tour de l’Assemblée nationale d'examiner le projet de loi réformant le statut de La Poste en SA, après un premier passage au Sénat. Une mobilisation, à l’appel du Comité national contre la privatisation de La Poste, à laquelle s’est jointe la CFTC, a été organisée le jour même devant le palais Bourbon.


Au programme, une action symbolique : les bordereaux des 2,3 millions de signatures de la votation citoyenne du 3 octobre dernier seront apportés aux députés. Les sénateurs, eux, ont déjà donné leur approbation au texte lors d’une journée de novembre (le 10) très agitée par la présence de ce même comité. Plus de 600 amendements avaient été obtenus, vite balayés par la majorité gouvernementale.


Depuis l’annonce de la réforme en 2008, les nombreuses actions de mobilisation n’ont de cesse d’alerter l’opinion publique et les élus locaux sur les conséquences de la transformation du service public pour les usagers et les postiers. Lettre aux sénateurs, vote citoyen, campagne demandant au chef de l’État d’ouvrir un débat public et un référendum surla question... Pour calmer les opposants au texte, le ministre de l'Industrie, a de nouveau ressorti la même petite phrase, à quelques détails près, que celle qu’il avait prononcée pendant l’examen du texte au Sénat.


Christian Estrosi se veut rassurant, il rappelle en substance que dans le projet de loi est inscrit noir sur blanc que La Poste est “un service public à caractère national et que “les quatre grandes missions de service public, même après transformation en SA"sont bien maintenues. Ce qui revient à (re)dire que La Poste deviendrait ainsi non-privatisable, sauf à supprimer ces mentions du texte. Pour Anne Chatain, secrétaire nationale CFTC-La Poste “Les zones d’ombre demeurent”. Le projet de loi qui prévoit la transformation de La Poste en SA à capitaux publics au 1er janvier 2010... ne sera finalement effective qu’au 1er mars compte tenu de la longueur et de la virulence des débats.



Evénements   

Janvier 2020
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31

Votre Syndicat


Adresse :
19 rue de La Haye
BP 90073
67013 STRASBOURG CEDEX

Téléphone : 03 88 99 38 28
Télécopie : 03 88 99 09 01